Questions à un éditeur web analytics: NewQuest

Après Wysistat, c’est au tour de Yann Costes de NewQuest de se prêter au jeu des questions qui tuent sur les web analytics!

Présentez vous en quelques mots?

La société NewQuest est une startup jeune et dynamique d’une douzaine de personnes, qui réalise et conçoit des sites Internet visant un rendement (Trafic, ventes, leads etc.) et propose des solutions permettant l’analyse et le suivi de ces performances.

L’agence propose ainsi une gamme de logiciels E-Marketing et Web Analytics permettant à ses clients de gérer les performances de leur site ou projet Web. La gamme logicielle Universe (www.belong-universe.com) propose entre autres des solutions de Tracking (www.one-door.com) mais également d’analyse de l’environnement du site et de sa E-reputation (www.keypi.com, www.web-pulse.fr, scoring.web-pulse.fr)

Comment vous positionnez vous par rapport aux leaders du marché?

Nous proposons une offre complète ne se limitant pas à l’analyse du trafic et du comportement des internautes sur le site (Site Centric). Nous proposons également un audit et un suivi de l’environnement du ou des sites, de leur pénétration dans les moteurs de recherche, de leur visibilité et de leur “image de marque”. Nous avons notamment conçu notre propre robot/moteur permettant la surveillance et l’analyse du buzz et de la E-reputation. Notre force est de croiser l’ensemble de ces technologies sous des tableaux de bord communs.

Outil gratuit ou payant? Pourquoi?

Les deux : NewQuest propose des outils gratuits et grand public et des solutions complètes destinées aux grands comptes. Les outils gratuits permettent notamment de donner un aperçu de nos compétences et technologies et font office de démonstration pour les outils payants et beaucoup plus complexes.

Par exemple : www.keypi.com est notre outil de stats collaboratif publiant de façon libre les tendances du web. Keypi se base sur la technologie de One Door qui est sa version payante. De la même façon www.web-pulse.fr est le moteur ouvert à tous permettant d’éprouver notre moteur et outil de recherche sur les réseaux sociaux. Sa version complète et payante, exploite la même technologie mais de façon automatique. Le gratuit est un très bon showroom et une bonne façon de soumettre son travail aux communautés de professionnels du secteur : Cela permet d’avancer.

Comment voyez vous l’apparition de Google Analytics et son évolution? Est-il vraiment un concurrent?

Premier ressenti : “R.I.P. Urchin” [ndlr: Urchin est bien vivant!] qui était déjà un très bel outil et dégageait une philosophie d’entreprise. Mais business is business, et l’achat par Google a permis de bonnes évolutions.

Analytics, grâce à Google, a les moyens d’expérimenter, exploiter des serveurs et faire de nouveaux essais. En cela c’est intéressant car cela fait avancer les choses.
Pour l’audit de trafic c’est un outil très puissant. Nous ne sommes, dans notre cas, pas intéressés par l’analyse dans tous les sens des chiffres du trafic et de leur pertinence.

Nous cherchons donc à croiser et trouver de nouvelles sources de données (de nombreux nouveaux outils, avec qui nous avons de bon contacts, font le même pari) et essayer de souligner avec nos outils des analyses, des conclusions qu’il est possible de tirer grâce à un peu d’expérience.

L’évolution d’outils comme Analytics ou Indextools [ndlr: Yahoo! Analytics] est intéressant car ressemble assez à une course à l’armement : Et on sait que c’est hélas pendant les combats que les meilleures technologies sont inventées 🙂

Quelle est votre plus grosse difficulté en tant qu’éditeur de solution de web analytics?

Faire comprendre les enjeux de la communication sur le Web, qui n’est pas encore évident pour de petites, comme de grosses sociétés qui passent du coup à coté d’évidences marketing/commerciales qu’ils n’exploitent pas.

Après la course à la segmentation, où se trouve d’après vous le prochain « champ de bataille » pour les web analytics?

Qui le sait vraiment 🙂 ? Peut être le croisement des données, les interfaces, les supports analysés…

Que pensez-vous de l’avenir des web analytics et disciplines connexes à une époque où les institutions françaises, européennes et mondiales se penchent sur des questions de vie privée?

Il y’aura toujours à faire. C’est en fait dans les deux sens, le consommateurs perd également à ne pas être tracké : Impossible de lui proposer les produits qui lui plaisent sur Amazon, de lui proposer du contenu contextuel etc. Il y’aura donc forcément un palliatif ou des limitations à cet “anonymat”.

Que deviendrait une entreprise comme la vôtre si la capture d’informations sur la visite devenait une démarche « opt-in« , c’est à dire à l’initiative de l’internaute (et non pas « opt-out » comme maintenant)?

On trouvera toujours quelque chose à faire 🙂 . Si cette situation arrive, il y’aura forcément un changement de mentalité et même au niveau des annonceurs : Les agences proposerons aux Internautes de s’impliquer moyennant contribution.

On se rapprochera donc plus de Médiamétrie pour la TV : Il y’aura donc toujours matière. Les échantillons seront moins larges mais sans doute plus précis. Du moins c’est ce que nous pensons…

Si vous deviez recommander un concurrent, lequel aurait votre recommandation? (pas de réponse « ca dépend » ou « aucun » 😉 )

Jamais de la vie 🙂 . Pour ma part j’aime beaucoup ce qui est fait par Navegg, Wakoopa, et Clicky, en terme de fonctionnalités bien sûr, mais surtout pour ce qu’ils dégagent et le concept de ce qu’ils ont voulu créer.

Où voyez-vous votre solution dans 5 ans?

Pas la moindre idée : Mais les idées fusent et dans 5 ans One Door sera un gros bébé qui ne ressemblera en rien à celui actuel.

On a vu beaucoup de rachats dans ce milieu: Omniture rachète Visual Sciences, Microsoft rachète Gatineau, Yahoo! rachète IndexTools… Qui est le prochain à votre avis?

One Door racheté par Oracle 🙂 : A vrai dire pas vraiment d’idée, je dirais plutôt que nous allons voir des fusions/acquisitions et des alliances, l’avenir nous le dira.

Votre réaction sur l’accord Microsoft/Yahoo! face à Google, son impact sur l’acquisition de trafic et donc sur les web analytics?

Tout le monde me traite de fou et prône la suprématie de Google, mais à mon sens Yahoo et Microsoft réunis peuvent faire mal : Ils possèdent à eux deux Explorer, Messenger, Yahoo IM, qui sont des outils dominant actuellement (CF www.keypi.com). Certes, le “moteur” Google est loin devant et quasi inaccessible mais aujourd’hui le trafic ne s’arrête pas ou plus (et loin de là) à la seule utilisation des moteurs de recherche. Microsoft a également acquis des parts de Facebook : C’est à mon sens encore plus stratégique car Google se retrouve isolé et se défend en créant ses propres armes (Google Waves)

Que manque t’il aux outils de web analytics actuels?

Le conseil : Un outil analytic est comme une voiture de course, même si elle est la meilleure et la plus performante, il faut le stand et le pilote qui savent la maitriser. Même la solution analytique la plus simple et la plus ergonomique a besoin d’une analyse et d’une interprétation.

Quels seraient selon vous les caractéristiques d’un outil web analytics de 4ème génération?

L’ouverture sur les nouveaux médias : Par exemple, les statistiques sur de la vidéo comme c’est le cas sur Youtube.

***

Un tout grand merci à Yann d’avoir pris le temps de répondre à mes questions!

N’hésitez pas à laisser un commentaire ici pour Yann ou à visiter le site de NewQuest.

A bientôt pour la prochaine interview!

Questions à un éditeur web analytics: NewQuest was last modified: septembre 11th, 2009 by Julien Coquet

Julien Coquet

Expert de la mesure d’audience sur Internet depuis plus de 15 ans, Julien Coquet est consultant senior digital analytics et responsable produit et évangélisation pour Hub’Scan, une solution d’assurance qualité du marquage analytics.

A propos de Julien Coquet