Google logoDepuis fin 2012, Google a mis en place des mesures de respect de la vie privée des internautes concernant les mots et phrases cherchées dans son moteur de recherche. Concrètement, Google passe progressivement sa recherche en mode sécurisé (SSL/HTTPS) et ne communique plus le mot-clé cherché sur son moteur via l’information de referrer: on sait toujours que la source est Google et qu’il s’agit d’une recherche naturelle, mais le mot-clé est remplacé par « (not provided) » – non fourni.

L’impact pour les services marketing et les agences de référencement naturel semble énorme. Des modèles économiques entiers d’optimisation pourraient s’écrouler.

Ou pas?

Il n’y a pas de solution magique à ce problème « (not provided) » et il faut faire son deuil des mots-clé Google. Plusieurs solutions existent pour contourner en partie le problème et ça tombe bien, on en parle dans le prochain article 😉

taken from: http://damyantiwrites.files.wordpress.com/2012/05/independent-070524-google.jpg

Mais revenons aux bases (un peu de philo Google)

A l’origine de cette mesure visant à progressivement éliminer les informations de mot-clé, on trouve 2 principaux facteurs déclenchants :

  • L’intérêt grandissant que portaient les gouvernements US et Européens aux données stockées par Google,
  • L’utilisation qui pouvait être faite de ces données « personnelles » par des sites tiers, et notamment les sites vers lesquels Google fait un lien dans les SERPs ou pages de résultats de recherche. 

Dans les deux cas, Google a joué la carte du respect de la vie privée pour couper l’herbe sous le pied des législateurs – et des avocats!

Google Parano!On peut également tomber dans la « Google parano » et se dire que Google avance ses pions pour :

  • favoriser le référencement payant avec Adwords, avec une visiblité par mot-clé et par groupe d’annonces – et une visibilité sur le ROI dans… Google Analytics 😉
  • faire en sorte que les agences SEO et autres optimisations de contenu arrêtent à faire leur beurre sur le dos de Google

Poussons le bouchon plus loin: la prochaine version de Chrome (v25 beta au moment de ce billet), le navigateur de Google, prévoit de passer toutes les recherches en modé sécurisé. Comme Chrome se met à jour automatiquement, les internautes qui l’utilisent ne pourront pas choisir d’effectuer leur recherche en mode normal ou sécurisé. Mais passons sur l’acceptation utilisateur. Le fait est que Chrome va progressivement masquer tous les mots-clé de recherche. Pour vous donner une idée, sur ce blog, Chrome représente déjà 53% du (not provided) alors que le trafic de recherche naturelle avoisine les 30%. La part de vos visiteurs surfant avec Chrome depuis une recherche Google finira par produire 100% de (not provided).

Admettons. Cela dit, remettons les pendules à l’heure de façon objective :

  • Rien n’oblige Google à fournir une information de referrer complète, et donc les mots-clé.
  • Rien n’oblige non plus Google à révéler son algoritme d’indexation et donc à fournir toutes les clés du référencement naturel.
  • Personne n’est « obligé » d’utiliser Google, d’autres moteurs de recherche existent, tels que Bing, Yahoo, Exalead, Wolfram Alpha, Duck Duck Go, et d’autres encore. Cette dernière remarque vous fait sourire? Rappelez vous la part de marché d’Altavista, Lycos et compagnie dans les années 1990.

Le problème vient du fait que tout le monde veut se servir de Google et tout le monde veut être trouvable sur Google, si possible en première position. Donc à moins que Google ne soit démantelé par le gouvernement américain pour abus de position dominante (comme il l’a fait avec Bell), le seul moyen de faire changer les habitudes des internautes est de leur montrer qu’une alternative existe. Mais quelque chose me dit que ca ne se produira pas de si tot 😉

Pour fournir un argumentaire plus juste, notez bien que Google Chrome n’est pas le seul navigateur en cause dans l’accès forcé à la recherche sécurisée chez Google : Firefox et Internet Explorer ont également ce genre de comportement. Pour Internet Explorer, on ajoutera que leur politique de gestion de la vie privée est plus qu’approximative. Pour Firefox, on mentionnera quand même que Google finance la Mozilla Foundation à hauteur de 300 millions de dollars par an pendant 3 ans : on comprendra qu’ils s’alignent sur Google.

Et là ceux qui me connaissent se disent:

Ca y est, Julien a pêté les plombs : il commence à dire du mal de Google!

Rassurez-vous, je suis encore et toujours fan indécrottable de Google 😉

En revanche, mes occupations de tous les jours font que je me dois d’être objectif par rapport à cette problématique et il me semblait bon de rappeler que, même si Google va complètement changer la donne du SEO dans les prochains mois, il vaut mieux arrêter de s’apitoyer sur nos mots-clé perdus et se préoccuper de la façon de mesurer la performance de nos sites Web quand leurs visiteurs proviennent d’une recherche naturelle.

Restons constructifs

J’ai quand même de bonnes nouvelles!

  • on a des réponses partielles concernant les mots-clé manquants grâce à Webmaster Tools : les volumes ne sont pas exacts mais donnent une bonne idée de l’utilisation d’un site en terme de mots-clé.
  • Dans votre outil de web analytics (Google Analytics ou un autre), vous continuerez de voir l’apport du SEO avec le combo source/support google/organic même si la proportion de (not provided) ira en grandissant.
  • Vous pourrez toujours voir dans quelle position votre site ressort dans Google (modulo la recherche universelle bien sûr)
  • Vous pourrez toujours voir sur quelle page vos visiteurs arrivent (modulo vos redirections mal gérées)
  • Si vous avez bien fait votre travail de marquage de votre contenu, j’ai peut être de bonnes nouvelles pour vous dans mon prochain billet 😉

Et je fais quoi maintenant?

Vous l’aurez compris, la situation n’est pas désespérée. L’information est disponible mais pas de la façon dont on le souhaiterait. A moins d’une API entre Webmaster Tools et Google Analytics, point de salut et Google est pour l’instant assez évasif – à juste titre.

Au lieu de s’apitoyer, il faut plutôt :

  • Se poser la question du taux de conversion généré par le trafic issu de recherches naturelles
  • Optimiser votre processus de conversion
  • Identifier les pages bloquantes et/ou les pages de sorties

Vous avez de meilleures idées où un commentaire constructif? Laissez-moi un commentaire!